Identification ou Devenez Membre
14709 membres sont enregistrés
Il y a en ce moment 162 personne(s) en ligne.
Vous avez nouveaux messages.

 
jongle.net :: Voir le sujet - Jongleur, un metier?
Connexion S'enregistrer Liste des Membres Rechercher
Le Site de Jonglerie le plus populaire du Net

jongle.net Index du Forum -> Le chapiteau -> Jongleur, un metier? Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
Jongleur, un metier?
MessagePosté le: Samedi 27 Août 2011, 12h47, Sujet: Répondre en citant
__kev__

 
Inscrit le: Jun 18, 2007
Messages: 186




Et pour devenir jongleur professionnels aussi un cursus possible est de passer par l'ens Sourire
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Dimanche 28 Août 2011, 0h50, Sujet: Répondre en citant
garnav

 
Inscrit le: Jun 28, 2002
Messages: 5756
Localisation: Caen




Oui enfin toi, Adrien Mondot, Jérome Thomas et autres compagnies bien vues des circuits culturel au bout d'un moment c'est plus le jonglage qui compte c'est le montage de dossier. Et faut bien être conscient aussi qu'avec ce que vous phagocytez il reste plus grand chose pour les centaines de cies qui, ayant des projets tout aussi voir parfois plus intéressant que vous, et qui n'ont simplement pas les moyens de productions ou la visibilité que vous avez. Alors oui on peut se lancer dans le cirque/la jonglerie bien en vivre, honnêtement ou en abusant des circuits de subventionnements et de l'intermittences. Mais soyons honnêtes sur 100% de jongleurs pro les 0,5% de jongleurs qui s'en sorte bien en sont pas une majorité. Et je ne parles même pas des statistiques concernant l'évolution de carrière des diplomés d'écoles de cirque. Parce que c'est bien beau de sortir un 50 aine de jongleurs pro des écoles (toutes écoles confondues chaques années) mais le marché (même mondial) n'est pas du tout près à ça. D'autant que si il y a un milieu où la réussite n'est pas basée que sur le talent c'est bien la culture (oui ok il y a des exception mais quand même)...

Bref on peux y arriver, être jongleur est un métier, mais faut pas faire ça pour la thune (franchement je trouve ça malsain) et faut pas imaginer que la réussite professionnelle n'est liée qu'au talent où aux qualités technique. C'est bien plus complexe que ça.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
 
MessagePosté le: Dimanche 28 Août 2011, 11h32, Sujet: Répondre en citant
sixtruc
Modérateur
 
Inscrit le: Jul 21, 2003
Messages: 1953
Localisation: la creuse




oui moi je pense aussi qu'on se tromperais de croire que "jongleur" est un métier qui rapporte beaucoup, suffit de voir combien sont payésles magiciens ou les humoriste .. même si miguel a raison qu'il faut beaucoup s'entrainer et qu'etre autodidacte peux faire de toi un bon jongleur

je redis qu'il vaut mieux avoir un bon spectacle et pas mal de compétences (d'où l'intérêt des écoles de cirques mais aussi des stages et autres parcours professionnels)

_________________
jongler avec les mots ça compte pas mais avec les chiffres oui !!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Lundi 29 Août 2011, 18h04, Sujet: Répondre en citant
diabalois

 
Inscrit le: Jul 23, 2006
Messages: 40
Localisation: Villeurbanne




je rajouterai "et avoir la fibre commerciale". en ce qui me concerne j'essaie d'être jongleur pro, le seule hic c'est l'absence de fibre commerciale du coup impossible d'en vivre pour moi pour l'instant...

évidement le mieux est de s'y prendre tôt en métant toutes les chances de son côté, ce que tout le monde n'a pas forcément la chance d'avoir mais que tu peux avoir toi actuellement.

de mon côté je penses que pour un autodidacte il y a 2 chances pour qu'il puisse en vivre dans la condition où il a du talent bien sûr. soit avoir la fibre commerciale soit avoir de la chance dans ses rencontres.

_________________
ma dernière vidéo pour ceux que ça intéresse^^:
http://www.youtube.com/watch?v=zcQeMdYtDKY
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Mardi 6 Septembre 2011, 18h14, Sujet: Répondre en citant
nicomathis

 
Inscrit le: Oct 10, 2005
Messages: 96




garnav a écrit:
Oui enfin toi, Adrien Mondot, Jérome Thomas et autres compagnies bien vues des circuits culturel au bout d'un moment c'est plus le jonglage qui compte c'est le montage de dossier. Et faut bien être conscient aussi qu'avec ce que vous phagocytez il reste plus grand chose pour les centaines de cies



Je voulais quitter ces débats stériles, mais il y a des choses que je ne peux pas te laisser dire sans réagir parce que ce sont des contre-vérités honteuses et que je ne veux pas que des gens qui ne sont pas au fait du milieu du cirque de maintenant et pour qui ta parole a un poids certain prennent ça pour argent-comptant.

Non, la carrière d'Adrien, Jérôme et la mienne ne se résument pas au fait de savoir monter des dossiers.
_Adrien a débarqué dans le monde du cirque comme une tornade, c'est une type hyper-brillant dans son domaine et bosseur comme peu de gens. Des énormes pointures ont fait appel à lui (je ne citerai que Wajdi Mouawad un des plus grand dramaturge de ces dernières années), son boulot est reconnu dans le monde entier où il joue et fait des conférences, un dossier ne suffit pas à créer ce genre de carrière, crois-moi, ça se saurait. Et même si l'on parle uniquement de son jonglage (ce qui n'a aucun sens mais allons-y)... Je lui reconnais quelque chose de rare : être capable de faire un cercle conséquent en se posant à un coin de rue, être capable de captiver immédiatement le regard de n'importe qui dès qu'il jongle, dans un cabaret, sur une place ou dans un grand théâtre. Il a été un excellent jongleur, d'une précision technique rare, tous ceux qui l'ont vu le savent.
_Jérôme Thomas : C'est un monument artistique et institutionnel, que tu le veuilles ou non. S'il y a bien eu une révolution dans le monde de la jonglette c'est bien lui qui l'a portée, principalement en faisant rentrer la jongle dans les théâtres, en ouvrant la jonglage aux préoccupations des arts majeurs. Il a fait l'histoire, c'est enterriné, la seule façon de relativiser, critiquer ce qu'il a fait, c'est désormais de faire mieux, de faire différemment, bref de continuer à écrire l'histoire. Là encore, il ne me semble pas qu'on fait une telle carrière en écrivant des dossiers. On ne se fait pas reconnaître par Bernard Lubat, Michel portal, Mathurin Bolze ou Jean Lambert-wild, comme un maître dans sa discipline en pipottant trois phrases bien ficelées. Je ne donne pas mon avis, je replace les choses dans une réalité.
_Quant à moi, que dire? Que si Pina Bausch ou Maguy Marin ces monstres de l'histoire de la danse invitent le collectif à venir jouer ses pièces c'est sûrement que ce n'est pas que de la branlette. Que si Vincent de la Vénère, Jorg Müller, Jérôme Thomas, Maksim Komaro, Stefan Sing reconnaissent qu'il y a de vraies inventions dans notre jonglage alors j'ai tendance à croire que mon seul talent ne réside pas dans le fait de savoir faire des dossiers comme tu le prétends. Ca fait 8 ans qu'on tourne partout dans le monde, ça se construit, le fait que ça ne marche pas autant pour toi (loin de là même) ne t'autorise pas à dire n'importe quoi et à le dire n'importe comment.
Le collectif enseigne la jonglette dans les plus grandes écoles de cirques (Châlon, fratellini, lido, cophenague, lyon...) des écoles de danse, des universités et on nous redemande...on te redemande toi? On accueille régulièrement des stagiaires danseurs, jongleurs, artistes plastique, futurs professionnels que ça intéresse de nous voir bosser et toi tu réduis ça à "faire des dossiers et piquer le fric aux autres", tu es ridicule, mais le pire c'est que des gens qui ne connaissent pas bien notre milieu sont capables de te croire. Ce que tu fais est pire que pitoyable, c'est intellectuellement malsain. Ce qui est dommage pour toi c'est qu'il existe une réalité et que le fait de pérorer ici à tort et à travers ne te donne pas un statut dans cette réalité.
Si ça intéresse des gens je peux faire une historique du développement de la compagnie pour montrer que les choses sont loin d'être aussi simples que ce que prétend Garnav


Ensuite le milieu du jonglage pro est un milieu concurrentiel comme n'importe quel milieu qui ne soit pas le village des schtroumphs, ni celui des bisounours. Certainement moins que le milieu universitaire ou celui de l'entreprise, c'est certain. Devenir professionnel signifie, être capable de se positionner, d'infiltrer un réseau, de se faire voir là où il faut au moins pour commencer. Il y a de la stratégie comme dans n'importe quel domaine professionnel, croire le contraire c'est déjà se fourvoyer.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mardi 6 Septembre 2011, 18h38, Sujet: Répondre en citant
ilmago

 
Inscrit le: Oct 07, 2006
Messages: 384
Localisation: Bruxelles




Mon dieu, t'as pas encore les pieds qui baignent dans ta propre vanité ?

C'est écoeurant. Franchement.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
 
MessagePosté le: Mardi 6 Septembre 2011, 18h53, Sujet: Répondre en citant
garnav

 
Inscrit le: Jun 28, 2002
Messages: 5756
Localisation: Caen




Je persisté à affirmer qu'après les premières créations les milieu culturel a toujours eu tendance à réitérer les aides sans requestionner systématiquement le contenu artistique des créations proposées. Ce qui m'amène à dire que dans certains cas ce n'est plus le jonglage qui compte mais bien le montage de projet. Adrien jongle de moins en moins sur scène et pourtant il continue toujours d'être classifié comme jongleur. Papillons de la Cie Jérome Thomas n'a rien à voir avec le jonglage. Ce sont des exemples, il ne s'agit pas d'être radical mais on le sait à un moment c'est le prestige du nom, le contenu des dossiers et les moyens de productions qui prenne le pas. La forme au détriment du fond (même si celui-ci reste présent dans la plupart des cas...)

Le système culturel français est loin d'être parfait on le sait, on connait ses qualité, ses défauts et ses dérives. C'est un simple constat et je pense qu'il est utile à tout moment de sa carrière de se le rappeler. La réussite dans le domaine artistique est due en partie au talent, mais aussi beaucoup à la chance, aux rencontres, aux qualités d'écriture de dossier, d'organisation administrative, la valorisation de l'égo artistique, etc...

Alors certes rien n'est jamais aussi simple, mais c'est très loin de se résumer à "moi j'ai réussi donc c'est que je suis le meilleur et les autres sont nuls". Sans compter que tout le monde n'a pas forcément la prétention où l'ambition de vouloir gagner sa vie "mieux qu'un ingénieur" en jonglant.

De tout temps il y a eu des spectacles très bien monté sans moyen et des spectacles montés avec bcp de moyens (humains, artistiques et financiers) qui se révèlent être décevant. Je n'en fait pas une généralité, l'inverse est vrai également, mais on ne peut se permettre d'être manichéen sur le sujet.

Ceci-dit :

NicoMathis a écrit:

Ensuite le milieu du jonglage pro est un milieu concurrentiel [...] devenir professionnel signifie, être capable de se positionner, d'infiltrer un réseau, de se faire voir là où il faut au moins pour commencer. Il y a de la stratégie comme dans n'importe quel domaine professionnel, croire le contraire c'est déjà se fourvoyer.


CQFD tu le dis toi même dans cette magnifique citation et on en revient à mon propos qui dit en gros que pour quelques jongleurs qui réussissent très bien il y en a une grande majorité qui galèrent et que les compétences pour s'en sortir en tant que professionnel sont finalement peu liées à la jongle. J'ajouterais que dans un contexte de saturation du marché culturel la concurrence n'est que plus rude et les inégalité de visibilité plus grande.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
 
MessagePosté le: Mercredi 7 Septembre 2011, 19h06, Sujet: Répondre en citant
nicomathis

 
Inscrit le: Oct 10, 2005
Messages: 96




garnav a écrit:
Je persisté à affirmer qu'après les premières créations les milieu culturel a toujours eu tendance à réitérer les aides sans requestionner systématiquement le contenu artistique des créations proposées.


C'est fou de croire que ce que tu appelles "le milieu culturel" est une entité homogène. Moi je n'ai pas à faire à "un milieu culturel" quand je cherche des partenaires pour monter une pièce, mais à des gens, des directeurs de théâtres qui sont nommés ou choisis pour remplir des types de missions particulières et ciblées, on ne demande pas la même chose à un pôle cirque, une scène nationale, un théâtre conventionné. Les dirigeants de théâtre sont souvent pris entre trois feux, d'une part les collectivités territoriales qui demandent des comptes sur chaque centime qui leur est versé, puis un public qu'il s'agit à la fois de diversifier et le conserver et enfin des artistes à qui est directement destiné un paquet d'argent pour pouvoir travailler.
Parfois des liens étroits se tissent entre une structure et une compagnie, et heureusement qu'il y a ces liens de confiance qui font qu'on peut compter sur certains partenaires fidèles mais ça ne tombe pas du ciel, ça se construit sur des années sur des bases humaines et artistiques. C'est le cas pour notre compagnie depuis 2005 avec les Subsistances à Lyon ou le festival Circa.

garnav a écrit:

Ce qui m'amène à dire que dans certains cas ce n'est plus le jonglage qui compte mais bien le montage de projet. Adrien jongle de moins en moins sur scène et pourtant il continue toujours d'être classifié comme jongleur.


Adrien est bien plus connu et soutenu dans le monde des arts numériques que dans celui du jonglage, il suffit de regarder les soutiens de sa dernière pièce pour s'en convaincre : Pas un pôle cirque, mais des structures d'art contemporain et dédiés aux art numériques, rassure toi encore, il ne vient pas piquer des ronds aux gentils jongleurs.


garnav a écrit:
Papillons de la Cie Jérome Thomas n'a rien à voir avec le jonglage. Ce sont des exemples, il ne s'agit pas d'être radical mais on le sait à un moment c'est le prestige du nom, le contenu des dossiers et les moyens de productions qui prenne le pas. La forme au détriment du fond (même si celui-ci reste présent dans la plupart des cas...)


Evidement quand on a 30 ans de carrière derrière soi, les choses sont plus simples, et encore une fois heureusement. Et ça n'a rien à voir avec le système français, vas voir les moyens de Pina Bausch en Allemagne ou D'angelica Liddell en Espagne. Il y a des gens qui deviennent des institutions, ça existe dans tous les arts et c'est loin de reposer sur du flan dans la plupart des cas. Ces gens ont fait la révolution dans leur domaine, il est normal, je trouve, en tout cas, c'est comme ça que ça se passe, qu'ils aient des moyens pour bosser.

garnav a écrit:

Le système culturel français est loin d'être parfait


Jolie défonçage de porte ouverte, tu peux me dire ce qu'est un système culturel parfait et où tu en as connu un?




garnav a écrit:

C'est un simple constat et je pense qu'il est utile à tout moment de sa carrière de se le rappeler. La réussite dans le domaine artistique est due en partie au talent, mais aussi beaucoup à la chance, aux rencontres, aux qualités d'écriture de dossier, d'organisation administrative, la valorisation de l'égo artistique, etc...


C'est fou encore une fois de ne pas dire qu'on réussit avant tout parce qu'on bosse!!! La production de la nouvelle pièce de la compagnie m'a demandé un an et demi de boulot acharné. Et puis il n'y a rien de magique là dedans, si tu veux exister, il faut mettre en place une stratégie de diffusion et la qualité du travail joue un rôle essentiel là dedans.

garnav a écrit:
Alors certes rien n'est jamais aussi simple, mais c'est très loin de se résumer à "moi j'ai réussi donc c'est que je suis le meilleur et les autres sont nuls".


Tu es un imbécile, encore une fois tu te permets de déformer mes propos de façon malhonnête (c'est d'ailleurs pour ça que je réponds). Moi ce que je dis ce serait plutôt "il existe des moyens de mettre toutes les chances de son coté pour réussir, si je l'ai fait avec des dizaines d'autres c'est que c'est très possible, il suffit de ne pas faire les choses n'importe comment". Sans compter qu'il existe des tas de moyens de vivre du jonglage sans jamais se frotter au vilain milieu culturel français qui donne toujours plein d'argent aux profiteurs arrivés là par piston ou fillouterie dont je suis forcément puisque Granav l'a dit.


Mais ce qui me gène profondément encore une fois ici c'est cette manière de ne pas respecter une parole désintéressée qu'est celle que j'apporte. de ne pas simplement prendre en compte un témoignage de quelqu'un qui est passé par des stades successifs faits d'avancées, de ratages, de percées vers un rêve simple que je nourrissais enfant, devenir jongleur plutôt que prof de math ou ingénieur. J'ai essayé de dire combien ce métier, je le trouve riche et finalement pas plus voué à l'insécurité que bien d'autres.
Mais pourquoi est-ce que Garnav se sent légitimement obligé de venir balancer des bêtises sur mon compte au lieu de répondre simplement à un jeune en lui donnant des clés par exemple pour se prémunir contre le milieu culturel français et sa naïveté artistique par exemple.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mercredi 7 Septembre 2011, 19h16, Sujet: Répondre en citant
azerwhite

 
Inscrit le: Jun 18, 2009
Messages: 1311
Localisation: Paris




Bon, pour résumer le conflit entre ces deux personnes y'a du vrai dans les deux et cela ne sert à rien de s'insulter.

Ce qui est sur c'est qu'il n'est pas trop tôt pour faire du cirque, théâtre ou danse, acrobatie (ou tout autre art que tu as envie de faire) après l'école. Ce qui te donnera un bagage en plus en tant qu'artiste.
En france, il y a un lycée qui intègre des cours (8h par semaine, je crois) de cirque mais c'est pas obligatoire pour réussir dans le métier.

_________________
Youtube : Whitejuggler
« The definition of insanity is doing the same thing over and over again and expecting different results » - Albert Einstein
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mercredi 7 Septembre 2011, 19h22, Sujet: Répondre en citant
Régis

 
Inscrit le: Aug 3, 2003
Messages: 7316
Localisation: Annemasse - Genève




merci de rester courtois.

Bon, n'étant pas dans les circuits, je m'abstiendrai de donner mon avis sur ceux-ci. Cependant, pour aller dans le sens de Garnav, tu dis que c'est un milieu concurentiel, ça ne veut aucunement dire que tout le monde est égal. Capitaux culturels, sociaux, spatiaux (ouais bon, je suis un géographe, je défends mon steak) ne sont en aucun cas distribué et entrenus équitablement.

En sociologie, il y a toujours ce petit débat stérile entre ceux qui défendent la capacité de l'individu, et ceux qui défendent l'influence du groupe. Les deux ont aussi raison qu'ils ont tort.

Nico, le fait d'avoir coopéré avec Bausch ne t'aide t il pas dans la redaction de ton dossier suivant?

_________________

Bigoud N Jongle 2009, viendez!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mercredi 7 Septembre 2011, 21h36, Sujet: Répondre en citant
nicomathis

 
Inscrit le: Oct 10, 2005
Messages: 96




Régis a écrit:
Cependant, pour aller dans le sens de Garnav, tu dis que c'est un milieu concurrentiel, ça ne veut aucunement dire que tout le monde est égal. Capitaux culturels, sociaux, spatiaux (ouais bon, je suis un géographe, je défends mon steak) ne sont en aucun cas distribué et entrenus équitablement.


Evidement. Mais ça veut dire qu'il y a des manières de faire pour qu'un boulot puisse vivre, des manières de faire pour accroître sa capacité à travailler dans de bonnes conditions, il y a des fonctionnement qu'on peut apprendre à connaître. Comme quand on veut faire carrière dans l'université ou monter une boite, on y va pas n'importe comment et ça s'apprend.



Régis a écrit:

Nico, le fait d'avoir coopéré avec Bausch ne t'aide t il pas dans la redaction de ton dossier suivant?


Non pas spécialement, en revanche ça aide pour rencontrer des programmateurs de festivals du monde entier qui sont attirés par son festival. Ca nous a ramené des dates pour les pièces dans des lieux qui contribuent à donner une légitimité à la fois artistique et institutionnelle.
Mais je le répète, ce n'est pas un dossier qui la plupart du temps est avant tout un document de communication assez creux qui permet de trouver des fonds. C'est avant tout la renommée du travail de la compagnie et la pertinence (artistique ou autre) d'un projet couplée à une capacité à le mener à bien.
Pour le fait d'acquérir une renommée, il existe beaucoup de sortes de concours ou de plates-formes officielles avec appel-à-projet qui sont proposées par exemple. Les plus connus ce sont les JTC Europe qui sont tous les deux ans LA fenêtre de visibilité pour les jeunes qui désirent monter un projet dans le domaine du cirque. C'est par exemple ce qu'a fait Adrien quand personne ne le connaissait (et nous la même année).

Je parle de ça uniquement dans l'optique de monter une compagnie qui vise à être diffusée principalement dans les théâtres, il y a des tas d'autres manières de vivre du jonglage.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mercredi 7 Septembre 2011, 22h07, Sujet: Répondre en citant
garnav

 
Inscrit le: Jun 28, 2002
Messages: 5756
Localisation: Caen




La capacité de mener à bien un projet pourtant bien lié à son financement entre autre. Le financement comme tu le dis est lié au dossier qui lui même et toi aussi tu le dis est creux donc par particulièrement porteur de légitimité artistique... Le serpent se mort la queue.

Qu'on comprenne bien ce que j'essaye de dire ici nous avons un dernier post de 2009 où le gars parle de spectacle entre pote (clairement pas la sphère pro, artistique ou culturelle) et Nico Mathis qui arrive en phase de trollage (il y a eu 6 ou 7 posts ce soir là qui ont tous dérivés) deux ans après pour dire ceci :

nicomathis a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent qu'on gagne peu d'argent en étant jongleur professionnel. Je connais autour de moi pas mal de gens qui gagnent bien mieux leur vie que s'ils étaient ingénieurs ou prof agrégés.


C'est de ce propos que l'on parle car je le trouve extrêmement irrespectueux pour une majorité de jongleurs qui galère à boucler leurs intermittence ou qui sont exploité dans les cabarets. C'est dans ce sens que j'ai chargé la mule sur le système culturel et les "tête d'affiche" car tout le monde n'est pas dans la situation de Nicolas. Ce qui rends son propos d'autant plus hautain.

Quant aux qualités qui font la réussite professionnelle je me moque du débat sur le mérite de la personne ou du groupe. Ce qui est sûr dans un cas comme dans l'autre c'est que la jongle est loin d'être la seule qualité nécessaire. Et de mon point de vue c'est même une qualité "secondaire". Comme l'a démontré Nico le positionnement, l'image, les relations compte tout autant voir plus que le propos artistique. Le système français fonctionne sur un modèle de cooptation / recommandation. Ce qui est approuvé par un concours comme les JTC ai légitimé et devient vite omniprésent. Ce qui passe au théâtre de la ville va être légitimé parce qu'approuvé par une "élite". La place du public et la place de l'art dans sa libre expression devient vite très réduite. Et on se rends bien compte que les succession d'événements sont tels que la réussite ne tiens finalement pas à grand chose.

Ce sont des écueils, des réalités dont il faut avoir conscience, le talent ne fait pas tout, le propos artistique non plus. Tout l'aspect communication, réseau pro, écriture du propos bien entendu ça se travaille. La chance ça se provoque. Et au final chacun reste maitre d'apporter sa pierre et de se battre pour être reconnu. Mais il faut être réaliste, là aussi Nico l'a dis, le milieu culturel est un milieu ultra concurrentiel. Ce que je rajoute et la où je m'oppose à Nicolas c'est que non tout n'ai pas fait pour aider au développement culturel. Nous sommes près de la saturation, les baisses de crédits sont réels, la baisse de la consommation culturelle est réel et dans ce genre de crise la politique n'est pas à la prise de risque mais bien à la conservation d'un certain establishment. On garde donc des têtes d'affiches qui trustent une grosse partie des budgets (c'est très bien pour eux tant qu'ils ne viennent pas s'en vanter outre mesure), des compagnies en phase de reconnaissance (et qui pourront en vivre si elles s'accrochent et avec les réseaux de moindre prestige) et beaucoup de petite compagnie qui galèrent (en étant obligé de faire des contrats plus "alimentaire").

Ca ce n'est pas uniquement un avis personnel c'est aussi porté par des chiffres et des statistiques réelles. Donc OUI c'est possible de vivre de la jongle, certain s'en sortes même très bien. Mais NON ce n'est pas facile, il y a peu d'élu et si on fait la moyenne jongleur n'est pas vraiment un métier qui paye. Pas plus qu'un métier stable puisqu'il est lié à des financements et un statut professionnel précaire, à des aléas incontrôlable.

Conclusion de mon propos, et comme je l'ai dis plus haut, c'est que lorsqu'on choisi la jongle comme métier mieux vaut être passionné et prêt à défendre son propos et à résister aux galères.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
 
MessagePosté le: Mercredi 7 Septembre 2011, 23h18, Sujet: Répondre en citant
nicomathis

 
Inscrit le: Oct 10, 2005
Messages: 96




garnav a écrit:
La capacité de mener à bien un projet pourtant bien lié à son financement entre autre.


Oui c'est évident. Après, je crois que dans les débuts, tout le monde se débrouille avec rien, tout le monde est passé par là.
Notre première pièce avec Denis, on l'a montée dans un placard ou dans le hall d'accueil du Lido de Toulouse (2m 50 de large coincé entre un aquarium, un vieux piano, un moitié de punk, trois gars qui mangeaient une pizza et souvent Vincent qui faisait des balles rebond à coté de nous). Au bout d'un an et demi de boulot on sort une première version, le théâtre de Toulouse voit ça et nous donnent 40 000 francs avec lesquels on a juste payé une création lumière avec un type chouette et deux placards pourris pour faire notre scéno.
Je veux dire qu'on était à la rue sur tout, on pensait même pas que c'était possible de demander de l'argent pour faire ça, et on l'a faite cette pièce et elle a tourné 9 ans (je ne parle pas de sa valeur artistique, c'est un autre problème). Comme quoi on peut être complètement en dehors d'un milieu et y débarquer naïvement avec comme seule carte de visite son boulot. Heureusement sinon ce serait à se flinguer.



garnav a écrit:

C'est de ce propos que l'on parle car je le trouve extrêmement irrespectueux pour une majorité de jongleurs qui galère à boucler leurs intermittence ou qui sont exploité dans les cabarets.[...]d'autant plus hautain.


Moi ça a changé ma vie qu'on me dise quand j'avais 18 ans que OUI on peut être jongleur pro et que OUI on pouvait aussi dignement gagner sa vie comme ça. Et il y a deux jongleurs que j'admirait très fort qui me l'ont dit simplement, le premier c'est Vincent Bruel (c'est quand même à cause de lui et de Lionel que j'ai balancé mes études pour me dire que je serai jongleur, c'est lui aussi qui m'a présenté à Christian Coumin), le second c'est Jérôme Thomas qui m'avait faite rire en me disant, qu'il fallait que je bosse pour lui parce que "tous les jongleurs de la compagnie avaient une baraque et une bagnole". Donc je ne vois pas ce qu'il y a d'irrespectueux à dire qu'on peut concilier un rêve de gosse avec un revenu décent.

garnav a écrit:

la jongle est loin d'être la seule qualité nécessaire. Et de mon point de vue c'est même une qualité "secondaire".


Ca dépend de ce que tu appelles "la jongle". Moi il me semble au contraire que c'est fondamental.

garnav a écrit:
Le système français fonctionne sur un modèle de cooptation / recommandation.


Mais non, garnav, LE MONDE entier fonctionne comme ça, et je suis persuadé que le monde culturel est un endroit où il y bien moins de requins et de choses malsaines (parce que c'est un milieu de piètre reconnaissance sociale par rapport à d'autres arts et parce que comme tu dis, personne ou presque ne fait fortune en lançant des balles).La plupart des milieux d'art sont bien plus impitoyables, bien plus concurrenciels, bien moins naïvement honnête que celui , tout petit du cirque. Le jonglage est encore une boite toute petite dans la boite toute petite du cirque.

garnav a écrit:
Ce qui est approuvé par un concours comme les JTC ai légitimé et devient vite omniprésent.


Ben oui, comme partout, il y a des modes, un besoin de se faire croire qu'il y a des tas de jeunes talents qu'on découvre chaque année et les JTC sont ZE grande messe de cette chose là. Raison de plus pour essayer d'y passer, on peut savoir que ce sont beaucoup de mondanités, de mise ne scène d'un milieu pour lui-même et pour sa communication et y participer. On à le choix entre se lamenter et essayer d'utiliser le truc. Ou alors on le condamne pour des raisons de valeurs morales, d'indépendance ou je ne sais quoi, et très bien, ça ne me gène pas, mais ça entraîne des conséquences qu'il faut peser : c'est dur dur de monter sa compagnie si on ne passe pas par là. Moi j'ai fait le choix d'y aller parce que j'avais vu des gens que j'estimais y aller avant moi, Ludoc Citrik ou Camille Boitel entre autre, ça n'a pas eu que des conséquences positives, loin de là sur la vie de la compagnie.

garnav a écrit:
Ce qui passe au théâtre de la ville va être légitimé parce qu'approuvé par une "élite". La place du public et la place de l'art dans sa libre expression devient vite très réduite. Et on se rends bien compte que les succession d'événements sont tels que la réussite ne tiens finalement pas à grand chose.


J'ai l'impression que c'est fini cette période, les avant-gardes sont ailleurs, à Aubertvillier, aux Subsistances, au TCI, mais le théâtre de la Ville (je trouve en tout cas) n'est plus le lieu où les choses se passent, c'est déjà une sorte de musée des avant gardes de ces 30 dernières années.
Je ne comprends pas ce que entends en revanche par "d'élite" où ce genre de choses, le théâtre de la ville a programmé dans les années 90 et 2000 les grands créateurs, ceux qui ont déplacé toutes les choses de leur domaine, qui ont construit des oeuvres monumentales. C'est quand même au Théâtre de la ville qu'on a vu Maguy Marin, Nadj, Pina Bausch, Jan Fabre, Castellucci, qui, ont fait l'art vivant au tournant du siècle, Il n'est pas question d'élite, ou alors je ne comprends pas dans quel sens.
C'est Olivier Py qui s'est adressé à une assemblée de politiques et de chef d'entreprises lors d'un débat sur le mécénat à Avignon, et qui a lâché cette phrase que je trouve très juste : "arrêtez de nous taxer d'élitisme, les élites ce sont vous et on ne vous voit jamais au théâtre".
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Jeudi 8 Septembre 2011, 4h04, Sujet: Répondre en citant
willoball

 
Inscrit le: Sep 09, 2006
Messages: 856
Localisation: Argeles plage




Ca fait du bien d'entendre l'avis d'un gros bourgeois du cirque qui empéche les petites compagnies d'avoir des sub ! Tirer la langue

Non mais plus sérieusement, je vais un peu moins critiquer maintenant car je suis un peu d'accord avec toi nicomathis.

Je me pose juste la question à savoir si les compagnies que tu défends continueraient à tourner sans subvention.
Parceque si tu travail avec subvention pour des théatres subventionnés pour un public spécial. En fait, ca ne rapporte aucun frique tout ca.

_________________
Les chiens aboient, la caravane passe.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Jeudi 8 Septembre 2011, 21h05, Sujet: Répondre en citant
garnav

 
Inscrit le: Jun 28, 2002
Messages: 5756
Localisation: Caen




C'est bien enfin un peu de discussion modérée... Cela-dit tu illustre parfaitement ce que je dit un contexte de visibilité (le Lido) une rencontre fortuite et bénéfique (le théâtre de Toulouse) et un budget (40000 Fr soit 6000 €). Le tout dans un contexte artistique où le cirque était sur une phase ascendante et où la concurrence était bien moins rude qu'aujourd'hui. Et à ce moment même si votre travail à jouer, si il était bon, était-il le meilleur ? ça personne n'est en mesure de le dire... Et probablement pas le théâtre de Toulouse dont il m'étonnerait beaucoup qu'ils ai fait des recherches poussées sur la jongle avant de vous soutenir. Donc beaucoup d'aléatoire quand même. Et pour faire fructifier cette première rencontre il faut ensuite beaucoup de travail, de public relation, etc... (donc toujours pas de jonglage).

En fait Bruno dans sa réponse de 2009 a déjà dit tout ce qu'il y avait à dire. C'est d'ailleurs un des raisons qui fait que personne ne s'est retrouvé dans le besoin de surenchérir.

Par contre si tu veux bien on va fixer un règle simple entre toi et moi, évite de la ramener sur Vincent Bruel, c'est un terrain très glissant surtout pour étayer un propos sur la réussite financière des jongleurs... Vincent était un homme de beaucoup de talent et on ne peux pas vraiment dire que le milieu l'ai vraiment reconnu à sa juste valeur. Sinon il serait probablement encore parmi nous. Donc juste évite de venir polémiquer sur un sujet en le mettant dans la balance, Vincent avait des valeurs, du coeur, du talent, c'était un collègue et un ami, quelqu'un qui méritais énormément de respect. Le discours que tu développe dans ce thread comme dans certains autres (comme les attaques sur les Gandinis et ton déni du siteswap) ne fait pas vraiment honneur à sa mémoire.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
 
 Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   jongle.net Index du Forum -> Le chapiteau
 
Jongleur, un metier?
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 2 sur 3  
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
  
  


Powered by phpBB 2.0.11 © 2001-2003 phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com