Identification ou Devenez Membre
14709 membres sont enregistrés
Il y a en ce moment 144 personne(s) en ligne.
Vous avez nouveaux messages.

 
jongle.net :: Voir le sujet - Jonglerie visuelle et contemporaine, qu'est-ce que c'est ?
Connexion S'enregistrer Liste des Membres Rechercher
Le Site de Jonglerie le plus populaire du Net

jongle.net Index du Forum -> Balles massues anneaux -> Jonglerie visuelle et contemporaine, qu'est-ce que c'est ?
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant 
Jonglerie visuelle et contemporaine, qu'est-ce que c'est ?
MessagePosté le: Mardi 7 Janvier 2014, 11h50, Sujet: Jonglerie visuelle et contemporaine, qu'est-ce que c'est ? Répondre en citant
davidt
Modérateur
 
Inscrit le: Aug 10, 2010
Messages: 865
Localisation: Fouesnant




J'ouvre un nouveau post par rapport à celui-ci :
http://www.jongle.net/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=27274

Je trouve que la discussion de l'interprétation de ce qu'est la "jonglerie contemporaine", par rapport au "jonglage d'hier", peut être intéressante...

Le but n'étant pas de tenter d'en faire une définition, mais juste de discuter, voir comment chacun de nous aborde ça...

Quelques pistes de réflexion, histoire d'entamer le débat :

On parle souvent de jonglage "visuel" pour qualifier le jonglage d'aujourd'hui, ce qui me semble très flou, voir contradictoire... Le jonglage est de toute façon une discipline qui se "regarde", donc la recherche visuelle a toujours été présente ?

Il faudrait aussi dans l'absolu faire la distinction entre le jonglage professionnel (sur scène) et le jonglage amateur, même si de plus en plus d'amateur jonglent dans la même optique que la scène, sans pour autant y aller...

Même dans le cirque traditionnel, ou le jonglage est principalement axé sur la performance technique, le nombre d'objets, etc.

En restant toujours sur la notion de scène, si on compare ce que faisait Enrico Rastelli https://www.youtube.com/watch?v=mowNKg1vhl8
ou Francis Brunn : https://www.youtube.com/watch?v=Jj6JcIy8WOo
le corps était déjà un élément important...

Par contre le jonglage me semblait être beaucoup plus "cyclique".
Est-ce que cette notion de "cycle" peut déjà être un élément différenciant ?

Ou alors c'est la notion d'expression qui est nouvelle ?

Dans cette émission de radio :
http://www.franceculture.fr/emission-pas-la-peine-de-crier-des-balles-et-des-ballons-45-le-cercle-des-jongleurs-2013-06-06
Jean-Michel Guy dit ceci :
"Au cours de 40 dernières années le jonglage a connu un bond en avant énorme, sous l'influence de Jérome Thomas. Aujourd'hui le jonglage est devenu un art qui peut véritablement tout exprimer. Il y a quelque chose de son caractère archétypal qui reste, évidement, mais aujourd'hui le jonglage peut mettre la jonglerie au service de propos extrémement variés."

Mais là on parle surtout du jonglage sur scène, qui est rentré dans les théâtres, qui a donc suivi l'évolution du cirque traditionnel vers le cirque contemporain.

Ou le jongleur qui monte sur scène n'est plus simplement un jongleur, mais un 'personnage qui jongle'.

A partir de tout ça, est-ce qu'on peut dire que le jonglage contemporain se différencie du jonglage d"hier par :
- des mouvements moins cycliques
- une attention plus particulière à l'occupation de l'espace, lié aux possibilités scéniques, comme l'aborde Nicomathis dans le fil initial
- la notion d'expression, liée à l'utilisation du jonglage comme "langage"
- l'influence grandissante d'arts extérieurs, comme la musique, la danse contemporaine, le hip-hop, etc. ?

Je n'affirme rien, je lance des hypothèses et bases de discussion... Sourire

_________________
www.torondel.net - graphiste indépendant - Interviews de jongleurs - Atelier de jonglage en ligne
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Mardi 7 Janvier 2014, 13h45, Sujet: Répondre en citant
lulu el crochu II
Modérateur
 
Inscrit le: Mar 10, 2004
Messages: 632
Localisation: lyon




Effectivement ce sujet est super intéressant. Je pense que tu aurais pu recopier des posts de la première discussion. Bref, là n'est pas l'objet.

Par contre dans ton résumé, fort intéressant, tu te focalises sur le "résultats" et aux différents styles, je pense que tu as zappé la partie pédagogie qui mériterait un post dédié.

Davidt a dit

On parle souvent de jonglage "visuel" pour qualifier le jonglage d'aujourd'hui, ce qui me semble très flou, voir contradictoire... Le jonglage est de toute façon une discipline qui se "regarde", donc la recherche visuelle a toujours été présente ?

Ca me parait évident, après les critères recherchés n'étaient pas forcément les mêmes. J'ai le souvenir d'un stage il y a 13 ans avec un jongleur trad issu d'une des 1°ers promos du CNAC, Franck Pinard. Hormis la partie technique de jongle sur les postures et autres qui étaient super intéressantes, on avait pas mal discuté sur le rendu tradi par rapport au nouvelle forme émergentes à cette époque.
Si on fait abstraction du côté kitch de certains costumes traditionnels devant répondre à des codes esthétiques, ce qui s'est implanté dans le nouveau jonglage aussi aujourd'hui.
On avait bien discuté de ce que lui voulait envoyer sur scène et pourquoi. Il considérait que vu le format de sa scène (piste circulaire, grand nombre de spectateurs), il devait arriver à produire son jonglage à 360 degré par exemple. Soit en tournant sur lui-même, soit en répétant des séquences à différents endroits. Faire des mouvements avec suffisamment d'amplitude pour être visible et interprétable de loin (ie pirouette, lancer sous les jambes). Là-dessus il poussait le détail avec le passage de la balle tempe front, en nous disant que ça n'avait pas assez d'amplitude, il faisait oreille front. Donc clairement il a une réflexion scénique, peut être basique pour certains mais elle ést là.

Un deuxième aspect très important pour lui, il fallait que ça claque, que ça envoie, que l'on perçoive la dextérité. Pour lui la vitesse était un facteur essentiel, pour la petite histoire, en passing je suis un fervent partisan de la massue lente, et on faisait un passing 7 massues en simple presque 2 fois plus haut que lui sur un passing sept massues en double.

Après je pense que son langage ne transmettait pas d'expression, si ce n'est le côté magique et impressionant. Qui en est déjà une à mon sens.

Le côté expression aujourd'hui, ça peut être sublime, comme ça peut être d'une lourdeur et que derrière une plaquette bien ronflante, on ne tombe que sur des clichés (i.e. le bon vieux accordéon, balles = poésie).


Bon voila un premier retour, mais je reviendrai comme disait scharzy.

JR


En bonus, une conférence TED de Jay Gilligan (en anglais) avec des trucs intéressants sur son arrivée en Europe et d'une découverte d'un jonglage différent notamment pas cyclique. Plus une partie sur le pourquoi des dimensions des anneaux que j'ai trouvé très drôle
http://www.youtube.com/watch?v=YB_sfnwbgvk

Citation:
[quote][I]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mardi 7 Janvier 2014, 18h09, Sujet: Répondre en citant
Maxi

 
Inscrit le: Mar 05, 2010
Messages: 72
Localisation: Bordeaux




Citation:
Il faudrait aussi dans l'absolu faire la distinction entre le jonglage professionnel (sur scène) et le jonglage amateur, même si de plus en plus d'amateur jonglent dans la même optique que la scène, sans pour autant y aller...


Pour moi cette distinction est très importante, tout simplement car le jonglage d'hier était uniquement un jonglage de scène alors que le jonglage contemporain est probablement (après réflexion je suis pas sur, c'est assez dur à estimer en fait) majoritairement non scénique.
La différence fondamentale pour moi c'est qu'aujourd'hui une très grande partie du jonglage qui est créé tout autour du monde est à destination de la communauté des jongleurs et non plus du reste de la population comme autrefois. Hors ce qui intéresse un membre d'une communauté, c'est sa reconnaissance par les autres membres et donc dans le cas du jonglage montrer que nous aussi, on trouve, que nous aussi on sait inventer des figures.
J'ai l'impression que beaucoup de jongleurs font l'amalgame entre trouver des nouvelles figures et avoir une identité jonglistique propre (ce qu'exige d'une certaine manière le jonglage sur scène de nos jours) alors que ce sont 2 choses très différentes.

Et c'est aussi pour ça que la plupart des jongleurs d'aujourd'hui lorsqu'ils montent sur scène pour la première fois font généralement malgré eux de la scène de manière traditionnelle (c'est à dire orientée maîtrise, exploit) mais avec leur technique contemporaine.
Donc pour résumer, pour moi la différence essentielle entre le jonglage d'hier et celui d'aujourd'hui, c'est l'apparition de la communauté, et grâce à ça l'explosion du niveau et du catalogue sans plus se soucier des considérations scéniques des jongleurs traditionnels comme celles qu'expose lulu el crochu.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mardi 7 Janvier 2014, 18h56, Sujet: Répondre en citant
davidt
Modérateur
 
Inscrit le: Aug 10, 2010
Messages: 865
Localisation: Fouesnant




lulu el crochu II a écrit:
Par contre dans ton résumé, fort intéressant, tu te focalises sur le "résultats" et aux différents styles, je pense que tu as zappé la partie pédagogie qui mériterait un post dédié.


Oui, c'est parce que je pense aussi que ca mériterait un post dédié que je n'ai pas abordé ce sujet ici. Peut-être à voir dans un deuxième temps, une fois qu'on aura discuté de ce qu'est déjà la jonglerie contemporaine.

lulu el crochu II a écrit:
En bonus, une conférence TED de Jay Gilligan (en anglais) avec des trucs intéressants sur son arrivée en Europe et d'une découverte d'un jonglage différent notamment pas cyclique.


Là on parle plus des différences culturelles, mais ce qui est 'rigolo', c'est que sa comparaison etauts-unis/europe pourrait presque s'appliquer à la comparaison hier/aujourd'hui en europe. De la à dire que les Etats-unis sont en retard... Clin d'oeil

D'ailleurs dans la vidéo "Suck my balls" de Manoel Mathis, ou il s'amuse à incarner un jongleur d'antant et d'aujourd'hui, on est bien dans ce type de comparaison :
http://vimeo.com/34894308

_________________
www.torondel.net - graphiste indépendant - Interviews de jongleurs - Atelier de jonglage en ligne
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Mardi 7 Janvier 2014, 19h27, Sujet: Répondre en citant
davidt
Modérateur
 
Inscrit le: Aug 10, 2010
Messages: 865
Localisation: Fouesnant




Maxi a écrit:
Donc pour résumer, pour moi la différence essentielle entre le jonglage d'hier et celui d'aujourd'hui, c'est l'apparition de la communauté, et grâce à ça l'explosion du niveau et du catalogue sans plus se soucier des considérations scéniques des jongleurs traditionnels comme celles qu'expose lulu el crochu.


L'apparition de communauté est effectivement nouvelle, mais est-ce que cela a une réelle influence sur le style de jonglage ?

Les spectacles de jonglerie se jouent indifferement sur une scène 'lambda' que pendant une convention, pourtant le public n'est pas le même.
Et quand un jongleur jongle devant un autre jongleur, est-ce qu'il jongle differement que s'il jonglait devant un non-jongleur ? Ou en tout cas est-ce que cela influence son style ?

Si on essaye de faire une comparaison avec la musique (oui, je sais, terrain glissant...), et donc entre la musique "classique" et la musique "contemporaine", est-ce qu'on peut dire que la musique contemporaine s'affranchit des règles communes historiques ? Est-ce que cela pourrait s'appliquer à la jonglerie ?

En même temps je suis d'accord que la notion de "scène" a une importance... mais là aussi on recoupe des différences culturelles, ici en Europe on reproche souvent aux jongleurs américains de monter sur scène pour faire du "jonglage de convention", enchainer des figures techniques sans propos artistique.

A ce sujet, j'ai pu assister à une discussion vraiment intéressante pendant l'EJC. J'étais assis sur un gradin et Guillaume Martinet et Wes Peden se sont assis derrière moi et ont eu justement une longue discussion sur ce qu'implique le fait de jongler sur scène, la notion de 'personnage', de théâtre. Cette discussion était filmée, pendant toute l'EJC il y avait 2 filles qui ont suivi Defracto quasiment en permanence, leur posait des questions... Je ne sais pas pour qui elles faisaient ça, et si leurs vidéos seront un jour disponibles, mais j'aimerait bien le savoir. Si quelqu'un a des infos, je suis preneur ! Sourire

_________________
www.torondel.net - graphiste indépendant - Interviews de jongleurs - Atelier de jonglage en ligne
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Mardi 7 Janvier 2014, 20h22, Sujet: Répondre en citant
azerwhite

 
Inscrit le: Jun 18, 2009
Messages: 1311
Localisation: Paris




davidt a écrit:

Les spectacles de jonglerie se jouent indifféremment sur une scène 'lambda' que pendant une convention, pourtant le public n'est pas le même.

Des nombreux retours que j'ai pu avoir de la part d'amis/connaissances, le fait de jouer en convention est différent.
Un public (case à cocher) :
- de copains,
- content d'être là et festif,
- qui savent lire ta technique,
- qui sont meilleurs que toi,
- qui ont vu mille scènes ouvertes et galas.

n'apporte pas la même chose (énergie, regards, retour) qu'un public
- familial,
- néophyte,
- souhaitant se divertir.

Souvent les spectacles sont légèrement modifié et adapté au public jongleurs.

davidt a écrit:

Et quand un jongleur jongle devant un autre jongleur, est-ce qu'il jongle différemment que s'il jonglait devant un non-jongleur ? Ou en tout cas est-ce que cela influence son style ?

Je sais que je ne jongle pas devant
- un inconnu,
- une connaissance néophyte qui me demande de lui montrer ce que je fais en jonglerie
- quand je suis seul
- quand je suis avec un jongleur balles de mon niveau.

_________________
Youtube : Whitejuggler
« The definition of insanity is doing the same thing over and over again and expecting different results » - Albert Einstein
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mercredi 8 Janvier 2014, 10h42, Sujet: Répondre en citant
davidt
Modérateur
 
Inscrit le: Aug 10, 2010
Messages: 865
Localisation: Fouesnant




azerwhite a écrit:
Des nombreux retours que j'ai pu avoir de la part d'amis/connaissances, le fait de jouer en convention est différent.


Que l'enjeu et la pression soit différente, je l'imagine, mais est-ce que cela peut aller jusqu'à influencer totalement le style de la jonglerie, ca me semble beaucoup, non ?
J'ai vu "Circuits fermés" en convention et dans un théatre national, le spectacle était le même, vu du public.

Et dans l'absolu, si on part sur ce principe de l'influence de jongler devant ses pairs, il me semble que cette influence serait plutot inverse à ce qu'on constate, non ?
En résumé, on admet que le jonglage contemporain est plus "visuel", donc dans une recherche esthétique, comme tu le dit dans l'autre post.
Ce qui peut s'opposer à un jonglage plus basé sur la complexité technique, moins lisible pour un public non-jongleur.

J'aurais plutôt eu tendance à trouver que le jonglage contemporain s'orientait vers quelque chose de moins basé sur la technique pure, et allait vers quelque chose de plus chorégraphique, moins basé sur la répétion, et plus lisible pour un public non-jongleur.

Ca n'est que mon interprétation, hein, je ne suis pas persuadé d'être dans le vrai.

Je pense aussi qu'il faut être lucide, ce qu'on appelle "jonglage contemporain" est une notion subjective...
Il suffit de voir le classement du top 40 de Luke Burrage chaque année... dans les 40, il n'y en a qu'une douzaine que je classerais dans un jonglage que je considère moi comme contemporain...
Ce qui n'est d'ailleurs pas un jugement de valeur, je ne dit pas ça pour dénigrer le jonglage plus traditionnel.

Mais si on part sur le principe, subjectif, que le jonglage contemporain est représenté parce que que font des compagnies comme Defracto, le Petit Travers, Les objets volants, Jérome Thomas, Stefan Sing, Eric Longequel... et d'autres, comme :
Komei Aoki : http://www.youtube.com/watch?v=pCKCYZk2LHc
Yuri : http://www.youtube.com/watch?v=hHrg0mqXx68
Jorge Petit : http://www.youtube.com/watch?v=4gGx5yTNva8
Gautier Tritschler : http://www.youtube.com/watch?v=5s2YzSOM5Po

Si on compare ces vidéos à ce que faisait les Rastelli, Brunn, ou même encore aujourd'hui Gatto ou Kee, la différence se fait surtout sur l'absence de répétions, de cycles, les ruptures de rythme, les duplex et triplex... le corps comme élément à part entière du jonglage, l'expérimentation...

Et pourtant, pour revenir à la notion d'apprentissage, on continue de se former sur des figures cycliques, très éloignées de ces nouvelles tendances. Ce que d'ailleurs tu sembles regretter, et que je considérais comme inévitable... mais du coup je me pose des questions...

_________________
www.torondel.net - graphiste indépendant - Interviews de jongleurs - Atelier de jonglage en ligne
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Mercredi 8 Janvier 2014, 11h17, Sujet: Répondre en citant
lulu el crochu II
Modérateur
 
Inscrit le: Mar 10, 2004
Messages: 632
Localisation: lyon




Une petite réaction rapide sur 2 points :

-jonglage contemporain moins technique?

Franchement ça se discute, dans tout ceux que tu cites y'a un sacré niveau technique. Réduire ça via la fenêtre "branlette" à 1,2 3 balles me parait un gros raccourci. Quelques petits exemple :
-Petit Travers: Pan Pot: y'a des séquences entre Denis et Julien d'échange de balle en BBB qui sont d'une difficulté mortelle.
-Objets volants dans contre points: y'a des séquences impossible au commun des jongleurs même experimentés
-Stefan Sing est un monstre technique
-Je rajouterai Wes Peden qui est un cyborg d'une autre galaxy

J'aurai plus dit que la difficulté technique n'est pas le but recherché, mais elle est là et qu'il ne faut pas, à mon sens la négliger.

-les jongleurs trad que tu prends comme exemple, ne sont pas à mon sens les bons. Ils ne correspondent pas à ce que tu cites dessous.

-Pour Francis Brunn, suite à sa découverte du flamenco, l'importance du corps et d'une esthétique est hypra importante.
-Victor Kee: jongleur trad? Va falloir m'expliquer
-Rastelli, sur le peu qu'il en reste de visible, il fait tout et n'importe quoi et si y'avait pas de l'expérimentation dans toutes ses trouvailles…


A mon sens, tu restreins le jonglage contemporain, aux jongleurs que tu aimes aujourd'hui. Car dans ceux que tu cites, hormis les objets volants., ça reste dans un même esprit, même si ce ne sont pas des clones loin de là.

Après c'est un vaste sujet, fort interressant, et je me réjouis de ce genre de discussion sur j.net. Ca fait du bien.


PS: je pense qu'il faut que l'on ouvre un post sur la pédagogie de la jongle, et notamment sur l'apprentissage les pourquoi et les fondements.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Mercredi 8 Janvier 2014, 13h22, Sujet: Répondre en citant
davidt
Modérateur
 
Inscrit le: Aug 10, 2010
Messages: 865
Localisation: Fouesnant




lulu el crochu II a écrit:
J'aurai plus dit que la difficulté technique n'est pas le but recherché, mais elle est là et qu'il ne faut pas, à mon sens la négliger.


Tout à fait, j'ai du mal m'exprimer, je parlais uniquement de perception visuelle, de la volonté de ce que les jongleurs veulent montrer. La technique est là, c'est indéniable, mais le but n'est pas de la montrer en tant que tel. La technique se met au service d'un propos.

J'essayais de mettre ça en opposition au jonglage que je perçoit comme plus "classique", basé sur des figures plus cycliques, avec une volonté de multiplier les objets, de mettre en avant l'exploit technique, etc.



lulu el crochu II a écrit:
-les jongleurs trad que tu prends comme exemple, ne sont pas à mon sens les bons. Ils ne correspondent pas à ce que tu cites dessous.


C'est possible, je confesse ne pas avoirnon plus une grande culture historique du jonglage.

lulu el crochu II a écrit:
-Pour Francis Brunn, suite à sa découverte du flamenco, l'importance du corps et d'une esthétique est hypra importante.

Oui, c'est pour ça que dans un des précédents messages je disait que le corps avait aussi une importance, mais j'ai bien regardé ce qu'il faisait sur scène, je ressentais ses mouvements corporels comme plus "déconnectés" de son jonglage, plus comme un accompagnement que comme une composante, comme peuvent le faire Guillaume Martinet ou Komei Aoki.
Ou pour reprendre un exemple avec du flamenco, le numéro de balle contact de Bruno Labouret :
http://www.youtube.com/watch?v=Xfw4J4GV4vo


[quote="lulu el crochu II"]A mon sens, tu restreins le jonglage contemporain, aux jongleurs que tu aimes aujourd'hui. Car dans ceux que tu cites, hormis les objets volants., ça reste dans un même esprit, même si ce ne sont pas des clones loin de là./quote]

C'est possible aussi, j'en suis conscient, c'est pour ça que j'ai essayé de mettre plein de pincettes dans mes propos, en insistant bien sur le côté subjectif.


lulu el crochu II a écrit:
PS: je pense qu'il faut que l'on ouvre un post sur la pédagogie de la jongle, et notamment sur l'apprentissage les pourquoi et les fondements.


Oui, c'est vrai que c'est un aspect intéressant. Si tu te sens de lancer le débat, je te laisse le faire, tu as plus de connaissances que moi sur ces aspects pédagogiques. J'ay ai un peu réfléchi, mais n'ai pas d'expérience concrète.

_________________
www.torondel.net - graphiste indépendant - Interviews de jongleurs - Atelier de jonglage en ligne
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Mercredi 8 Janvier 2014, 23h05, Sujet: Répondre en citant
Maxi

 
Inscrit le: Mar 05, 2010
Messages: 72
Localisation: Bordeaux




Citation:
J'essayais de mettre ça en opposition au jonglage que je perçoit comme plus "classique", basé sur des figures plus cycliques, avec une volonté de multiplier les objets, de mettre en avant l'exploit technique, etc.


Pour moi c'est faux de dire que les jongleurs contemporains ne mettent pas en avant l'exploit technique. Si je reprends certains noms que tu as cités : Jorge Petit, Gautier Trischler, Komei Aoki et Wes Peden. Sur scène, y'a pas de propos, y'a pas de dramaturgie ou quoi que ce soit, y'a de la technique et de l'exploit. De l'exploit d'un autre ordre que celui des jongleurs traditionnels, c'est à dire un exploit de la bonne idée d'une certaine manière ou un exploit de la nouveauté (ce qui fonctionne très bien en convention.. desfois moins dans la rue..) , et mis en valeur différemment ( sans le magnifique je frappe du pied j'écarte les bras et je souris des jongleurs trad quoi..), mais la démarche est sensiblement la même.
Et de la même manière on peut faire du spectacle contemporain avec une technique traditionnel. Jérome Thomas par exemple avec des balles ou des massues a une technique purement traditionnelle (pour l'anecdote lorsque Jerome Thomas a rencontré Miguel Gigosos à Auch sur un lieu de résidence et que Jérome a voulu voir Miguel jongler il en croyait pas ses yeux..).

En fait ce à quoi il faut faire attention c'est ne pas associer à priori une technique (traditionnelle ou contemporaine) avec son équivalent sur scène.
Après si on veut parler uniquement de technique je pense que David a plutôt décrit la différence entre trad et contemporain :
Citation:
la différence se fait surtout sur l'absence de répétions, de cycles, les ruptures de rythme, les duplex et triplex... le corps comme élément à part entière du jonglage, l'expérimentation...


Par contre je me demandais Lulu el Crochu en quoi tu ne places pas Viktor Kee dans la liste des jongleurs traditionnels, je l'y mettrais aussi sans trop hésiter..
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Jeudi 9 Janvier 2014, 8h08, Sujet: Répondre en citant
davidt
Modérateur
 
Inscrit le: Aug 10, 2010
Messages: 865
Localisation: Fouesnant




Maxi a écrit:
Pour moi c'est faux de dire que les jongleurs contemporains ne mettent pas en avant l'exploit technique. Si je reprends certains noms que tu as cités : Jorge Petit, Gautier Trischler, Komei Aoki et Wes Peden. Sur scène, y'a pas de propos, y'a pas de dramaturgie ou quoi que ce soit, y'a de la technique et de l'exploit.


Il est de toutes façons difficile de faire des généralités, et de dire que tous ces jongleurs ont la même démarche, c'est sur.

Quand je disait que j'avais l'impression que la technique se mettait au service d'un propos, je ne parlais pas forcément d'un propos "concret", d'un message ou d'un langage au sens strict... Ce peut être juste une recherche esthétique ou chorégraphique.

Donc pour résumer, ce qui me semblerait pouvoir qualifier ce jonglage contemporain que j'apprécie :

- moins de répétitions et de cycles
- recherches sur les ruptures de rythme
- plus de duplex et triplex
- le corps comme élément à part entière du jonglage (la fameuse notion de "corps jonglé"
- l'expérimentation
- une recherche de figures qui se fait plus sur l'aspect visuel rendu que sur la complexité technique démontrée.

Ce n'est qu'une définition personnelle et subjective, encore une fois Sourire

_________________
www.torondel.net - graphiste indépendant - Interviews de jongleurs - Atelier de jonglage en ligne
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
 
MessagePosté le: Jeudi 9 Janvier 2014, 11h37, Sujet: Répondre en citant
filou

 
Inscrit le: Apr 25, 2006
Messages: 39
Localisation: brest même




Sur la question de l'aspect visuel rien n'est moins sur encore, je crois justement que l'on ajoute aujourd'hui un élément omnipresent dans la jongle, et plus particulièrement dans un enchainement ou même une simple figure : le corps bien évidemment, que ce soit de manière danser ou même posturale, et cet assemblage devient un vrai casse tête visuel que ce soit pour un jongleur ou un spectateur lambada. On se retrouve avec 2 composantes majeures a dissocier, auquel on peut rajouter les changements de rythmes.

Faut il s'attarder sur l'aspect globale ? Pour un jongleur ça semble inévitable de décortiquer tout ça... La première fois que j'ai vu Miguel je me rappelle avoir strictement rien compris a ce qu'il faisait, pourtant ça faisait un moment que je pratiquais deja. je crois que c'est ça qui peut être plaisant parfois, ne rien comprendre, en tout cas pour un pratiquant ( l'autre jour une copine est venue me voir jouer, elle m'a dit à la fin :" j'ai bien aimé à des moments je comprenais pas"...elle est jongleuse). Combien de fois j'ai fais "wooow" devant une figure mais en fait...j'avais rien pigé. "Refais moi ça !!!" ben ouais j'ai rien vu. Rappelez vous que quand on jongle a 5 balles déjà, la plupart des gens ne savent pas combien de balles on lance.

Concernant la jongle en convention, perso je n'ai fais qu'une seule scène ouverte mais j'ai pensé a des trucs que seuls les jongleurs peuvent comprendre, et j'en suis pratiquement persuadé, l'ayant a nouveau testé par la suite. Aujourd'hui aussi, un tas de figures est innomable du fait de sa complexité ou de la multitude de mouvements. Si tu regardes mes cahiers de routine, c'est simple tu comprends rien, et moi non plus d'ailleurs...hum...la jonglerie dite traditionelle est en revanche munie de figures reconnues.

La chorégraphie semble aussi être un élément principale de la jonglerie contemporaine, mais bon ça reste une étiquette qu'on cherche a trouver alors qu'il y a de tas de jongleurs aujourd'hui que je ne pourrais mettre dans une meme case. Et la jonglerie risque encore de nous surprendre. Merci le partage et l'émulation, on a de la chance de pouvoir échanger facilement !! Imaginez une convention de musiciens...
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Vendredi 10 Janvier 2014, 10h29, Sujet: Répondre en citant
medeyn

 
Inscrit le: Oct 06, 2005
Messages: 376




Histoire d'ajouter un petit cailloux à l'édifice.

Une particularité qui place le jonglage dans la partie old school et pas contemporaine est le fait d'avoir un nom. Les figures qui ont un nom sont plutôt traditionnelles, celles qui n'en ont pas se rapprochent plus de la jonglerie contemporaine.

Avec des exceptions : Le mill's mess par exemple ou certain bodytricks récents qui ont obtenus un noms à force d'être partagés.
Un jeu rigolo à faire mais avec des jongleurs de longues dates. Donner une année sur une figure, ou chercher une figure à la mode cette année là.
Les figures datées d'une douzaine ou quinzaine d'année vont être difficiles à classer dans traditionnelle ou contemporain.

Pour répondre sur ce qui a été dit. Séparer "Visuelle" de traditionnelle est réducteur pour le trad. La jonglerie trad est visuelle. "Lisible" ou non n'est pas terrible non plus comme distinction. Comme cela a été dit, on n'a pas tous la même capacité de lecture du jonglage.
Franck Pinnard (déja cité) que j'ai rencontré à la première convention de Lyon, m'a dit que le jonglage était toujours sur l'exploit. Lui même faisait de l'exploit, mais Miguel (déja cité aussi, et présent à cette convention) avait aussi une culture de l'exploit. Ce n'est pas le même mais on joue tous sur le coté impressionnant, difficile, compliqué (illisible) pour mettre en valeur notre dextérité.

"La technique est au service du propos" est pour moi plus une différence entre amateur et professionnel qu'entre trad et contemporain. Pour preuve la différence de ressenti devant les différents jongleurs trad déja cités, ils n'ont pas tous le même propos.
L'utilisation du corps est valable dans les deux cas : pour le propos, pour mettre en valeur le jonglage, pour l'énergie...

La réflexion de Lulu el crochu II via Franck Pinard sur la forme de la scène et sa jauge qui influent sur le jonglage est plus intéressante. Ca explique peut être en partie pourquoi le jonglage a pu être moins cyclique, plus petit, plus près du corps, avec moins d'objets.

Peut être que c'est simplement le propos qui a changé en hier et aujourd'hui, et donc les outils techniques pour l'exprimer ont changé aussi (comme la technique est au service du propos).
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
MessagePosté le: Samedi 11 Janvier 2014, 15h12, Sujet: Répondre en citant
ilmago

 
Inscrit le: Oct 07, 2006
Messages: 384
Localisation: Bruxelles




Medeyn le Mill's mess date des années '70 ! La majorité d'entre nous n'était même pas née, alors le classer dans le contemporain ...
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
 
MessagePosté le: Mardi 14 Janvier 2014, 1h13, Sujet: Répondre en citant
bruno(contact)

 
Inscrit le: Dec 17, 2004
Messages: 313
Localisation: sous une balle




Une innovation que je crois être relativement contemporaine est ce que j'appelle le jonglage "non parabolique", c'est à dire lancer une balle et la rattraper sans attendre qu'elle retombe. Ce qui permet des lancers "tendus", horizontaux, en diagonales, ... et un jeu rythmique qui sort de la régularité métronomique (cf Nico du Petit Travers (puis d'autres)). Ça permet aussi des effets très visuels et/ou très techniques dès deux ou trois balles.

Je n'ai rien vu de tel dans les vidéos historiques que j'ai pu voir, mais je ne suis pas spécialiste ... Il faudrait fouiller, et je ne demande qu'à être contredit !

_________________
Essayer, rater. Essayer encore, rater encore. Essayer toujours, rater mieux.

.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
 
 Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   jongle.net Index du Forum -> Balles massues anneaux
 
Jonglerie visuelle et contemporaine, qu'est-ce que c'est ?
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  


Powered by phpBB 2.0.11 © 2001-2003 phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com