Histoire et disciplines du contact
Date: 26 November 2006 à 12:59:54 CET
Sujet: Spectacles


Des passes de contact se retrouvent dans diverses disciplines artistiques ou sportives depuis plusieurs siècles mais le renouveau date du début des années 80. Le contact se divise en deux disciplines principales : le body contact et points d'équilibres, et la manipulation ou palm spinning. Mais il s'applique aussi à d'autres objets et s'associe à d'autres disciplines.


La manipulation de balles est une discipline de "Contact" qui correspond elle-même à une grande catégorie de la jonglerie. Le contact, en opposition avec le reste de la jonglerie, est le jonglage du toucher. On ne saurait donner l'origine du contact vu qu'on retrouve des passes de cette discipline dans divers arts de différents pays : depuis 1500 ans des joueurs de "chinlone", en Birmanie, tiennent ponctuellement en équilibre des balles sur leur corps ; à la fin du XIXe siècle, la jonglerie de force et d'équilibre permet de voir des boulets de canon ou des obus rouler sur le corps de certains jongleurs.

Mais c'est à la fin des années 80, à New York, que la révolution du contact s'opère : Michael Moschen utilise pour la première fois des balles de cristal dans son jonglage et sa manipulation. A partir de son travail, le monde de la jonglerie a développé plusieurs disciplines utilisant ces balles.

- Le body contact et points d'équilibres :
Il consiste à faire rouler une ou plusieurs balles sur le corps en évitant de rompre le contact balle-corps. Souvent, le jongleur arrête sa balle sur des points de son corps où elle reste en équilibre quelques seconde avant de passer d'elle même sur un autre point. Il développe ainsi des parcours de points d'équilibre, des pieds à la tête en passant par les jambes, le tronc ou les bras.
Cette discipline, souvent liée à la danse pour les postures esthétiques du jongleur, donne l'impression que la ou les balles sont vivantes et se déplacent d'elles-même. On pourrait en outre croire qu'elles ne subissent pas la pesanteur terrestre.

- la "Manipulation de balles" ou "Manip'" ou encore "Palm Spinning" :
Selon le Petit Robert, la manipulation est "une branche de la prestidigitation reposant sur la seule habileté des mains". Le jongleur fait se mouvoir, uniquement dans ses mains de 1 à 11 balles (voir exceptionnellement plus). Plusieurs catégories de manipulations sont possibles selon le nombre de balles utilisées.
  • Manip' avec 1 et 2 balles : Avec ses deux mains, le jongleur déplace la ou les balles, séparées ou non, dans l'espace. L'essentiel de l'effet est basé sur l'impression de lévitation : on ne voit pas les balles être tenues car la préhension de la balle se déplace en permanence. Les trajectoires peuvent dessiner une multitude de formes autour du jongleur. Effets très aériens ou aquatiques.
  • Manip' avec de 2 à 8 balles : les balles tournent en cercle dans les mains et s'échangent de l'une à l'autre. Par le mouvement des mains, dans les trois dimensions, le jongleur donne aux balles des trajectoires géométriques (linéaires, carrées, rondes, etc.) ou les immobilise. Il joue sur les contrastes rond-carré, mouvant-immobile, mécanique-fluide.
  • "Assemblage Multiballes" ou "Morphing" : consiste en une séquence d'assemblages de balles. Chaque figure, très plastique, est souvent immobile. La magie s'opère dans la transformation d'un assemblage à l'autre et lorsque le public peut comprendre la nouvelle figure qui apparaît. Ainsi, on peut par exemple passer de huit balles horizontales à "une fusée" en passant par "un cube", "un rouleau compresseur", "un vortex" et un "hublot".

    Certains principes visuels
    ...que l'on peut retrouver dans toutes les disciplines de jonglage, sont particulièrement développés dans la manipulation de balles :

  • les isolations qui correspondent à la fixation dans l'espace d'une balle alors que le corps, et éventuellement la ou les autres balles, continuent de se déplacer.

  • les antispins : on applique aux balles qui tournent dans les mains deux rotations de centres distincts et de sens opposés. Cela donne aux balles des trajectoires très graphiques.


    Par la suite, le "Contact" s'est développé avec de nouveaux objets, souvent de formes très primitives : le cerceau, le bâton, la boite à cigare, le cube, la massue, etc. On parle alors de "contact massue", "contact bâton", "contact cerceau", ... et certaines de ces nouvelles disciplines, en ont rejoint d'autres déja existantes comme le swinging ou le footbag.






  • Cet article provient de Jongle.net - Le Site de Jonglerie Le Plus Populaire du Net
    http://www.jongle.net

    L'URL de cet article est:
    http://www.jongle.net/modules.php?name=News&file=article&sid=33